15 août 2015

Un semblant de contenu

Voilà plusieurs mois que rien ne bouge sur ce blog. J'avoue, je plaide coupable, qu'on me jette au cachot. J'ai pourtant des textes dans les cartons qui ne demandent que du temps (et des trucs vachement biens !) mais c'est justement ce dont je manque. C'est paradoxal car j'ai en ce moment de longues plages horaires pour écrire, mais j'ai d'autres projets de plus grande envergure à développer. Je ne veux plus me servir de ce blog comme d'un prétexte pour ne pas aller au bout de mes idées les plus folles. Ca ne veut pas dire que les... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2015

Œil pour œil...

Il cogne sec, fort, dur sur le cuir du sac. Ses doigts saignent parce qu'il n'y connaît rien ; le gérant de la salle lui pose une main franche sur l'épaule. Lui, frappe encore, et encore. Les larmes coulent le long de ses joues et la morve suinte sans retenue. Sa respiration est rauque : s'il ne sait pas cogner, il ne sait pas non plus gérer son souffle. Il donne des coups à s'en faire mal, jusqu'à en crever de rage et de douleur, jusqu'à ce que son corps le lâche et cesse de lui résister, cesse de devenir un poids pour lui.... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 01:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 mai 2015

Libération

Accrochée aux barreaux comme un animal en cage, elle scrutait rageusement la foule qui la montrait du doigt : la créature, mi-homme mi-bête, les vêtements en haillons et la gueule salivante, laissa s'échapper un hûrlement qui glaça l'assistance. Toutes et tous furent tétanisés, pris dans l'indicible peur d'une mort imminente et tout à la fois dans l'envie pressante de regarder. Rien ne serait plus comme avant dans cette petite ville dortoir de Seine-et-Marne ; rien ne subsisterait de cette douceur de vivre qui parcourait autrefois les... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 avril 2015

Le Sanctuaire

Tout semblait très calme, comme pris dans la grande marche du temps. L'on a l'habitude de penser que les choses vieillissent quand, indubitablement, elles s'immobilisent, font corps avec le sol et ce qui les entoure. Tara, assise là sur un vieux muret décrépi, goûtait le murmure indistinct du silence pendant que Louise, à quelques mètres, observait la grandeur de ce lieu magique. Elles avaient toutes deux enfreint les règles, s'étaient échappées de leurs vases clos respectifs pour se retrouver devant cette grande bâtisse, toute de... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 avril 2015

C'est quand la dernière fois que tu as fait quelque chose pour la première fois ?

Dis moi, c'est quand la dernière fois que tu as fait quelque chose pour la première fois ?   Cette question, elle est sournoise. Elle entre dans ta tête, elle te fait cogiter longuement et te retourne l'esprit, à la recherche du souvenir tombé derrière la commode du salon (il y a un salon dans ton esprit, encombré de beaucoup de mobilier), à la recherche de l'introuvable. Cette question est entrée en moi un soir où j'écoutais la Nuit Originale, et plus particulièrement les interventions de Navo et Damien Maric (à partir de... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mars 2015

Je suis auteur

Il est là et il ne connaît personne. La musique est forte, trop forte. Autour de lui les gens rient, parlent, boivent, fument, aiment ou s'ennuient, comme lui. "Salut !" Salut. "C'est quoi ton nom ?" Son nom c'est Henri. "Moi c'est Charlotte, Chacha pour les intimes". Ils ne sont pas intimes ; elle semble vexée, un silence s'installe. "Bon bah, à plus tard !" A plus tard. Les traits du visage de Charlotte sont bien trop tirés pour que ce sourire soit naturel. Des cris suraigus surgissent du fond de la cuisine : un groupe... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mars 2015

L'élue

Du sang jusque-là où on ne s'y attend pas ; du sang qui éclabousse les journaux. La nuit est étoilée, éclairée de reflets bleus ; le flot des voitures valse au rythme des sirènes et du tumulte ; ça sent bon le chaud et la carcasse fraîchement découpée. Et puis tout a basculé parce qu'on ne l'a pas retrouvé, lui. Des heures à suer sang et eau pour extraire un corps prisonnier de l'acier et du verre, ça, on s'y attendait en venant. Mais des témoins ont affirmé un quelque chose de plus, sans parler de tout ce sang... En attendant que ce... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2015

Mains sur piano

Les doigts couraient sur le clavier comme le long d'une colonne ; des frissons lui parcouraient le corps à l'idée de cet arpège sur sa peau...   C'était la première fois qu'Ari mettait les pieds dans ce grand bâtiment. Avec son espèce de noblesse arrogante, son air de le mépriser – lui, le jeune homme des quartiers pauvres – avec cet air-là, l'école de musique lui était toujours apparue comme une institution fantôme : un grand pan de mur-façade, une énorme porte d'entrée-sortie.   Ce jour-là il se mit à... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 février 2015

Alice, Dorothy, Chihiro : de l'enfance à l'âge adulte

Voilà trois prénoms qui m'évoquent tellement de choses que je pourrais disserter des heures sur les liens qu'ils peuvent avoir entre eux. Alice et moi, on se connaît depuis que je suis gosse ; je crois qu'on s'amuse bien à évoluer dans ce monde fait de nonsenses. Plus tard, j'ai croisé la route - jaune, la route - de Dorothy, cherchant dans un monde en technicolor un retour à son Kansas natal. Entre temps, j'ai eu la chance de percevoir la frêle silouhette d'une Chihiro, tremblante et forte sur ses petites jambes de petite... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 janvier 2015

Je suis Charlie

La tête levée et le poing serré, elle marche, droit devant. Rien ni personne ne l'arrêtera. Seule, elle nous ouvre la voie, et c'est une main qui tombe. Elle continue dans sa lancée en pirouettes et cabrioles, niques et pieds de nez, mais voilà qu'elle en perd un avant-bras - le droit. Pas si grave. Et la voici qui rit et fait sourire, donne à chacun ce petit rien qui manque, à chacune ce quelque chose d'essentiel. Un oeil, après quelques roulades, git sur le sol. Elle passe la main dans nos cheveux, panse nos blessures ; elle... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 18:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,