03 octobre 2014

03/10/2013 - 366

De pays, d'histoire, de famille, d'amis, de travail, de papiers, de souvenirs ; de tout cela je n'ai plus. Je n'ai plus d'identité, je suis... comme perdu, noyé. Je ne suis plus un. Je ne suis plus celui qui, chaque matin, partait sur les chantiers se ruiner la santé. Je ne suis plus celui qu'une femme embrassait, que des enfants enlaçaient d'amour. Je ne suis plus, ni le voisin ni le confident, ni le citoyen ni la force vive d'un pays qui m'a vu naître et que je ne reconnais plus. Je ne suis plus le même assurément. Tout est... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 20:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 septembre 2014

Parce que ça fait plaisir

J'errais sur internet, comme très souvent en ce moment, lorsque je suis tombé par hasard sur le blog de Navo. Oui, Navo comme le co-auteur de la série géniale Bref. Non, pas le blog de la bande pas dessinée.   Navo est un type actif. On peut l'entendre dans son podcast Les invités de mon invité sont mes invités, on peut de temps en temps le voir dans une vidéo du Golden Moustache, on peut le lire en BD, sur son blog ou sur twitter, et sûrement plein d'autres choses dont je n'ai pas la connaissance. Et j'aime bien ce type. Je... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 14:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2014

Voilà quelques temps que rien ne vit, que rien ne pousse sur ce blog stérile. C'est qu'il a fallu (et qu'il faut) tout remettre en ordre là-haut ; ça prend du temps, et c'est difficile. Un pas, puis un autre, et un autre encore. Puis l'inertie d'un enfant qui s'assoit, bras croisés, incarnant le "non". Se relever, se rassoir. Faire trois pas en arrière, se rassoir. Pleurer des heures le petit bobo. Comment écrire à nouveau lorsqu'on en est là ? Quand on a appris aux images à faire écran noir, l'esprit devient une excroissance inutile... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2014

Vicorieux

Armé de son dard et affublé du quolibet ironique de « Victorieux », il fonça droit sur l'ennemi, le regard perçant l'horizon. Lui qui n'avait jamais rien accompli de grand ni de valeureux, moqué par ses congénères pour sa bêtise, avait ici la possibilité de rendre à jamais son existence glorieuse. Son canasson claudiquait piteusement, et ce dernier eut grand peine à parcourir les quelques mètres qui le séparaient de la cible indiquée par la volonté toute droite de son maître. Crachant ses poumons de vieille carne... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 juin 2014

Last flowers to the hospital

Elles sont treize, peut-être quinze je ne sais pas, je ne les ai pas comptées. Je suis simplement entré dans la boutique et ai énoncé à la vendeuse : "un bouquet de roses rouges s'il vous plaît". Elle n'a rien répondu et m'a proposé un bouquet que j'ai tout de suite accepté, parce que je voulais des fleurs, voilà tout. A présent je les regarde et il me semble qu'il y en a treize, peut-être quinze ; je ne sais pas, je ne les ai pas comptées. Je ne les compterai pas. Le film plastique fait un bruit déplorable, je déteste que les fleurs... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 16:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 mai 2014

Hitler, c'était pas hier ?

La jeunesse tolère le Front National. La jeunesse tolère le Front National. La jeunesse tolère le Front National. La jeunesse tolère le Front National. Visiblement, amnésie générale. Fermez les yeux, détendez-vous : ça passera sans douleur.   La Jeunesse Emmerde le Front National - Berurier Noir   March Hare
Posté par March Hare à 14:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mai 2014

Papier buveur

Colle tes mots contre ma peau Au creux du dos Au gré des os   Que ta musique à ecchymoses Me fasse chose M'accable Me raye M'indispose   Je ne serai pas farouche à te faire Aimer les corridors Les angles morts Et les hier   Je ne suis fier Ce n'est pas peu dire Pour ainsi dire Que d'être amer   Mais   Cale tes humeurs Cache ta candeur Crache ta faiblesse Sur du papier sécheresse   Papier tendresse, papier buveur   March Hare   Si vous voulez utiliser cet article,... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2014

Point de non-retour

Il était allé là où personne ne s'était aventuré avant lui, là où l'humanité n'avait plus sa place. Arrivé à ce stade de la descente, son coeur ne battait presque plus ; coprs et esprit n'étaient réduits qu'à de simples réflexes sourds et animaux. La pression, cette tenaille permanente et insoutenable, lui emprisonnait le crâne et y faisait marteler chaque déplacement sanguin comme un coup de grosse caisse à même l'os. C'était douloureux, mais la douleur, il avait appris à la gérer. Rien n'était comparable à ce qui l'attendait,... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 avril 2014

Soir de première

Aisément, elle les tenait dans son oratoire. C'était incroyable, au sens où elle se refusait à y croire. Le dos droit et la tête légèrement penchée, elle pensait ressembler ainsi à une gargouille voûtée, vomissant son acide texte par la gueule. Elle se voyait déjà intervenir auprès de celles et ceux qui, au premier rang, se seraient retrouvés le visage attaqué et la peau du crâne calcinée. Elle n'avait visiblement rien d'une macabre pierre, et le premier rang était resté têtes vissées aux corps et corps vissés aux chaises, à scruter... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 02:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 mars 2014

Petit bout d'un grand quelque chose

Conrad marche et titube sur un trottoir. Il est sobre mais abasourdi, l'oeil hagard ; chauve et parfaitement banal, sa quarantaine déjà passée. Son costume est gris poussière, ses chaussures cuir noir mal entretenu. Il pleut légèrement. Conrad a tout de l'informaticien timide et célibataire, et qui vivrait encore chez sa mère si cette dernière n'était pas morte bêtement l'an dernier. Pour preuve : son pantalon est trop petit, ses chaussettes grises à losanges bordeaux sont apparentes. Pour autant, Conrad ne ressemble pas non... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]