09 septembre 2015

Défaite par K.O.

Il prit sa main, y dessina une lettre de l'alphabet. L'autre répondit en un sourire complice, lui posa un baiser léger sur la nuque. Les yeux de tout le café-route braqués sur eux, Francis et Amadi appréciaient chaque seconde du tendre amour qui les unissait. Ils sentaient sur leur bonheur ce poids moral mais choisirent de s'en distraire ; aujourd'hui n'était ni le jour des peurs ni celui de la culpabilité : le doux frisson de la liberté finirait par s'éteindre, l'un comme l'autre en mesurait l'entière réalité en creux de... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 21:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 septembre 2015

Du grabat à la scène

Il apparaît sur la scène en s'excusant presque. Son pas est lourd, son dos légèrement voûté. Du fond de la salle déjà l'on entend les sifflets et les heurts ; lui ne s'arrête pas et tend une patte d'ours vers le micro, comme pour s'arrimer. L'ancre ainsi jetée l'homme, animal, accorde sa guitare de ses gros doigts tel un bûcheron aiguisant sa hâche : avec poigne et précision. Les gens sont supris, s'interrogent : saura-t-il à nouveau ? Il y a pourtant une grâce dans ces mouvements brusques, une beauté candide de la brute maladroite. ... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 avril 2015

Le Sanctuaire

Tout semblait très calme, comme pris dans la grande marche du temps. L'on a l'habitude de penser que les choses vieillissent quand, indubitablement, elles s'immobilisent, font corps avec le sol et ce qui les entoure. Tara, assise là sur un vieux muret décrépi, goûtait le murmure indistinct du silence pendant que Louise, à quelques mètres, observait la grandeur de ce lieu magique. Elles avaient toutes deux enfreint les règles, s'étaient échappées de leurs vases clos respectifs pour se retrouver devant cette grande bâtisse, toute de... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 mars 2015

L'élue

Du sang jusque-là où on ne s'y attend pas ; du sang qui éclabousse les journaux. La nuit est étoilée, éclairée de reflets bleus ; le flot des voitures valse au rythme des sirènes et du tumulte ; ça sent bon le chaud et la carcasse fraîchement découpée. Et puis tout a basculé parce qu'on ne l'a pas retrouvé, lui. Des heures à suer sang et eau pour extraire un corps prisonnier de l'acier et du verre, ça, on s'y attendait en venant. Mais des témoins ont affirmé un quelque chose de plus, sans parler de tout ce sang... En attendant que ce... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2015

Mains sur piano

Les doigts couraient sur le clavier comme le long d'une colonne ; des frissons lui parcouraient le corps à l'idée de cet arpège sur sa peau...   C'était la première fois qu'Ari mettait les pieds dans ce grand bâtiment. Avec son espèce de noblesse arrogante, son air de le mépriser – lui, le jeune homme des quartiers pauvres – avec cet air-là, l'école de musique lui était toujours apparue comme une institution fantôme : un grand pan de mur-façade, une énorme porte d'entrée-sortie.   Ce jour-là il se mit à... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2014

C'est vous

C'est vous dans le reflet de ce miroir crasseux. C'est bien vous. C'est pas rien ça : affirmer que c'est vous, là. C'est pas rien. Parce que jamais vous ne pensiez devenir ça. Et puis, il fallait bien se rendre à l'évidence. Alors voilà, c'est vous. Comment en êtes-vous arrivé là ? Quel événement, ou quelle suite d'événements majeurs pouvez-vous imputer à la gueule de bois incrustée, sertie de peaux flasques et de ridules, qui vous dévisage maintenant ? C'est votre faute, et pas votre faute en même temps. Vous vous regardez là, et... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 14:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 novembre 2014

L'acteur

Ils étaient venus pour le voir, lui. Il tenait le rôle majeur dans cette farce tragique et sentit qu'il vivait l'un des moments forts de sa vie. La foule s'était resserrée sur les devants de la scène et la police locale dut intervenir pour interrompre les premiers débordements ; les masses en liesse, dans leur fièvre générale, se seraient jetées sur lui pour le dévorer, lui passer sur le corps, le désintégrer. A l'entrée d'un nouveau personnage le public exultait, sentant l'intrigue s'enrouler jusqu'au dénouement salvateur. Lui,... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 novembre 2014

Preux chevalier

Antoine, dans la cour de récréation, s'adonne à son jeu favori : l'Aventure ! Avec son copain Melvin, il combat des dragons, détruit des villes et lance des boules de feu sur la maîtresse. « Il est drôle Melvin ! », dit souvent Antoine à sa mère. « Tu crois qu'il pourra venir dormir à la maison un soir ? Allez maman ! Dis oui ! ». Après deux coups de téléphone, voilà une affaire rondement menée : Melvin viendra dormir chez Antoine samedi soir. Explosion de joie, de bisous et de... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 novembre 2014

Concours "Histoires courtes - by Etam"

La marque Etam est à l'origine d'un concours de nouvelles : "Histoires courtes - by Etam". Du coup, j'ai décidé d'y participer :D   J'avais déjà participé au concours organisé par aufeminin.com l'an dernier, et je pensais rempiler cette année jusqu'à être confronté aux "thématiques" qui n'en sont en fait pas. Impossible pour moi de sortir quoi que ce soit avec un "thème" comme : "Elle entre dans l'ascenseur et les portes se referment...". C'est au mieux une phrase à intégrer dans son texte, mais à considérer en tant que... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 octobre 2014

La Jeune femme à la tasse

Elle était assise là, la tête basse mais la tension dans le corps. Ses yeux, que l'on devinait écarlates de pleurs, étaient dissimulés derrière l'opacité de ses lunettes. Il était dix heures et le petit café parisien s'affolait pour répondre à la demande, forte et oppressante, au comptoir comme en salle. Tout ce petit monde avait beau s'agiter, la femme aux grandes allures semblait figer les choses autour d'elle. Du comptoir où je me tenais à sa table, une ligne droite était tracée : qui prenait le temps d'observer les gens dans... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,