11 novembre 2015

Paroles de détenus #2

- Rodriguez - "Vous voulez savoir c'qui s'est passé, hein ? J'vous dirai rien. T'façon j'ai rien à dire. Ca fait sept ans qu'j'suis là, en sept ans on apprend bien fermer sa grande gueule : c'est c'que j'ai appris d'plus intelligent ici. Et puis c'est pas avec les dents que t'laissent les matons quand ils cognent qu'on va causer ; ces chiens ! pires que les pires d'entre nous ceux-là. Tu notes quoi là ? D'ailleurs c'est pour quoi tes p'tits entretiens ? C'est comme ça qu'tu bandes hein ? Vas-y, je juge pas. En tout cas t'auras rien,... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2015

Depuis sa fenêtre - #2

Vendredi 20 mars   Il avait cherché, ces quatre derniers jours, à mettre un visage et un corps sur cette apparition fugace, à lui donner forme et vie dans son esprit, mais le lundi les volets furent fermés et ils l'étaient encore ce matin lorsque notre jeune postier s'arrêta, fébrile, devant le numéro 33 pour repartir le coeur lourd sur son vélo. Sa journée et sa semaine terminées, notre homme rentre chez lui le corps douloureux et l'esprit volatile. Il s'imagine des aventures extraordinaires sur le chemin du retour, rêvant... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2015

Depuis sa fenêtre - #1

Lundi 16 mars 20..   C'est son premier jour : il est facteur. Le parcours est nettement tracé, sans aucun accroc possible. Pour autant, c'est bien en homme libre qu'il déambule dans ces rues qu'il ne connaît pas encore. Bientôt, il arpentera la ville à bord de son vélo jaune, saluant d'une main Mme Martin, distribuant de l'autre son courrier à la famille Ronzo ; bientôt, la moindre aspérité de terrain sera connue de lui : ce qui le faisait chuter avant lui fournira la possibilité de quelques tricks de facteur –... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2015

Paroles de détenus #1

« J'ai pas grand chose de plus à vous apprendre que c'que vous connaissez déjà en fait. On pourra dire c'qu'on voudra : que j'suis là-dedans depuis trop longtemps, que j'ai perdu la notion de réalité, que la société a évolué et m'a laissé d'côté. Tout ça, c'est sûrement vrai. Mais demandez à un type qui a perdu la vue d'vous parler du temps où il y voyait encore, et vous s'rez sur le cul d'apprendre que le type en question parle mieux d'votre foutue réalité qu'vous-même qui pensiez y voir très bien et très clair. Vous voyez... [Lire la suite]
Posté par March Hare à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]